Manon Denerier


LA MARCHE


En France, on assiste à une politique de centralisation qui pousse les habitants à étendre leurs déplacements au rythme de la fermeture des différentes infrastructures. Dans ce contexte ou le territoire Francilien est fracturé, comment serait-il possible de recréer du lien entre la métropole et ses communes qui l’entourent ?

LE PARCOURS


La notion du temps est très importante dans ce projet. Si on compare le parcours à pied donc 50km s’est fait en 652 mins ( presque 11 heures) tandis que le RER lui le parcours en 33 mins. La notion du temps est drastiquement différente et impacte la manière dont nous percevons le territoire. 

Ce parcours est annoté par des interventions qui traitent différentes échelles sur l’ensemble du territoire et sont divisées en 4 types : le passage, la suspension, l’usage et l’orientation. Chaque type d’événement se traduit en un nouveau langage. 


LE PASSAGE


Le passage est le fait d’avancer dans le temps comme un processus ou une évolution. Il est l’événement que l’on emprunte pour franchir le territoire. On le retrouve à la limite de deux ambiances très différentes le long du parcours. Il possède un rôle de repère pour le marcheur mais il devient surtout un moyen de re créer du lien être ces espaces. Il se constitue de 11 évènements que j’ai observer lors de ma marche. 

LA SUSPENSION


La suspension dans ce contexte peut s’expliquer en deux temps. Elle est d’abord l’action de placer, de construire quelque chose en un lieu élevé. Nous retrouvons alors cette notion de hauteur et d’élévation. Elle est aussi l’interruption momentanée d’une activité ou d’un processus, par un temps de repos et de silence. Lors de ma marche j’ai déterminé différents temps dans lesquels je me suis arrêtée pour observer un paysage et ses différents points de vue. La suspension se compose alors de ces 25 évènements qui ont pour rôle un temps de pause et de point de vue.

LES USAGES


Pour l’usage je me suis intéressée non pas au parcours en lui-même mais aux événements et infrastructures qui l’entoure. J’ai alors divisé ces événements en 4 types, chacun se trouvant dans un rayon de 15 mins max à pied du parcours. Il y a les parcs, promenades – les centres commerciaux – les équipements sportifs et enfin la culture loisir. Ces infrastructures constituent 50 événements le long du parcours de l’ordre de la signalétique et de l’information. 

L’ORIENTATION


Tout au long de ce parcours le marcheur retrouve des repères visuels, tous placés à des distances différentes. Cependant lorsque j’ai marché mon plus grand repère n’était pas visuel mais sonore: le son du RER. Je ne pouvais pas toujours le voir mais l’entendre m’apaisait car je savais que je suivais sur le bon chemin et que j’avançais. Ce dernier type constitue 100 événements. Il n’est pas placé sur le territoire à des endroits déterminé par le parcours que j’ai traversé. Il se situe tout les 500 m pour créer un même repère symbolique le long du parcours.
Capture d’écran de l’application
Contact étudiant

Contacter l’étudiant

Remplissez le formulaire ci-dessous pour prendre contact avec l'étudiant. Votre message sera envoyé directement sur son adresse e-mail.