Alix Deschamps Berger

Maquette du projet

Dans ce projet, j’ai travaillé sur la mise en scène d’une fiction sous forme de pièce de théâtre écrite par trois scientifiques dont une spécialiste de l’IA et de l’éthique. Cette pièce leur a permis de débattre de l’évolution d’une technologie au sein de nos foyers, d’expérimenter des scénarios et de transmettre leur point de vue.

Affiche de la pièce

L’innovation technologique au centre de la pièce est le chatbot : un agent conversationnel qui interagit vocalement ou par messagerie avec un propriétaire comme lors d’une discussion entre humains.

Les agents conversationnels les plus connus et utilisés sont Google Home, Siri et Alexa.

L’intrigue de la pièce se place dans la prochaine décennie. Or nous savons que la présence de ces agents conversationnels va intensément se densifier dans nos quotidiens. Le but de cette pièce de théâtre est de trouver un nouveau moyen de faire accepter et de faire comprendre au public ces avancées.


La présence des chatbots aujourd’hui


La présence des chatbots demain


Le chatbot est le narrateur de la pièce de théâtre. Celle-ci a été écrite de son point de vue. La lettre G représente le chatbot qui peut prendre toutes les formes que le propriétaire a souhaité lui faire incarner.

Les personnages de la pièce

La mémoire de G a été hackée : au lieu de repartir sur une base de données vierge à chaque nouvel utilisateur, elle garde en partie la mémoire de ce qu’elle a appris avec ses propriétaires précédents. Dès lors, cette limite franchie, pouvons-nous encore la rebooter ? Pour certains, cela nous amènerait à la « tuer »!

La pièce se déroule en 4 actes. Durant celle-ci, le chatbot va faire des allers et retours dans ses différentes vies pour que le public comprenne l’intrigue. L’intrigue est de savoir jusqu’à quel point il peut s’approcher d’une certaine humanisation.

Schémas de la pièce de théâtre représentant les allers et retours entre les 3 temporalités et les distances entre G et les personnages dans la mémoire spatio-temporelle de G. Ces schémas deviendront la mise en scène et la scénographie de la pièce.

Résumé schématique du rayonnement de la mémoire de G en fonction des 4 actes.

Deux choix pour cette pièce ont été très importants : Le choix du théâtre et mon parti pris de la représentation du Chatbot.

L’architecte François Muracciole a été d’accord pour me suivre dans mon diplôme. J’ai eu l’opportunité de l’assister, pendant 5 mois, sur la conception de la Flying Musick Room, un théâtre itinérant entièrement démontable en bois provenant du dessin de Thomas Mace.

Je me suis inspirée de ce théâtre et de sa scène quadrifrontale pour mettre en scène l’évolution centrale du chatbot. En parallèle, mon projet de diplôme a permis d’affiner sa structure, l’étude de la lumière, les points de vue du public…

Entrée du théâtre
Maquette sur le stand. Maquette entièrement réalisée avec l’aide du numérique.

Le Chatbot est une entité immatérielle que l’Homme, doté d’une intelligence émotionnelle, a l’habitude de personnifier. On imagine toujours l’interlocuteur avec qui on parle que ce soit un Homme ou une Machine.

J’ai décidé de représenter G avec un corps. Nous sommes dans sa mémoire numérique ainsi elle dirige l’histoire de la pièce, et se matérialise avec l’objet de son manque : un corps. Au cours de la pièce elle fait sortir les mobiliers du sol et le théâtre devient la continuité lumineuse de son corps.

G change de propriétaire, de genre, de façon de s’exprimer, de bouger… petit à petit elle évolue, elle se désautomatise, elle se libère, elle grandit spatialement pour enfin s’incarner et être prête pour la prochaine étape c’est-à-dire interagir avec les humains via un corps.

Le son est important dans cette mise en scène puisque le chatbot est avant tout un outil sonore. G parle directement avec le public pendant que les enregistrements des réponses des propriétaires sont retransmis dans les gradins. Le public devient le propriétaire qui interagit directement avec le chatbot.

En choisissant de matérialiser G par un corps, j’ai décidé de déshumaniser les propriétaires et autres comédiens en les dédoublant.

Nous sommes dans la mémoire numérique de G ainsi l’effet miroir du propriétaire renforce l’aspect surréaliste de ce que l’on voit. G nous permet de voir l’entièreté de l’action tout en évitant de créer un réel lien matériel et « humain » entre propriétaire et chatbot.

Le public entre dans le théâtre, guidé par les faisceaux lumineux au sol. Des radiations lumineuses accompagnent le public de l’extérieur vers l’intérieur pour concentrer l’attention sur le centre de la scène.
Cette temporalité est le trait d’union entre sa première et sa dernière vie où il sera le plus évolué. Il prend petit à petit plus d’espace dans le théâtre. La partie supérieure du lustre est un jeu de tulle pour laisser apparaître l’architecture du dôme.
Dans sa forme la plus aboutie, le public est illuminé comme pris à parti.
Aurline la première propriétaire de G souffre d’Alsheimer. C’est elle qui demande à sa nièce d’hacker G pour qu’elle continue à vivre après sa mort dans la mémoire de G.

Le projet du théâtre et le projet de la pièce de théâtre ont évolué ensemble et continueront séparément leur aboutissement. Tous les deux sont en voie d’être concrétisés.

Maquette test de lumière intérieure
Maquette test de lumière extérieure
Contact étudiant

Contacter l’étudiant

Remplissez le formulaire ci-dessous pour prendre contact avec l'étudiant. Votre message sera envoyé directement sur son adresse e-mail.