Réseau historique et Grand Paris Express : État des lieux



Quelle identité pour le métro parisien de 1900 à l’ère du Grand Paris Express ?


Le métro et le territoire

Naviguant dans un réseau majoritairement souterrain, les usagers se raccrochent à un nouveau paysage souterrain, basé sur la couleur, qui évolue au fur et à mesure de leur avancée dans le réseau.
Les tunnels sont habillés de part et d’autre d’un bandeau lumineux qui plonge les voyageurs dans le paysage souterrain. Sa couleur, qui évolue au fil de leur avancée dans le réseau, leur indique leur position dans celui-ci.

Le métro et le quartier

La vie de quartier descend sur les quais afin de compléter le paysage souterrain en précisant aux usagers leur position dans le réseau.
Éléments graphiques, ils permettent de promouvoir les lieux de culture, la vie de quartier (à savoir galeries, marchés, théâtres, bâtiments etc..) et de mieux connaitre les stations du réseau et leur implantation à l’échelle du quartier.
Afin de mettre l’accent sur les graphismes de quartier, les quais sont réorganisés : les espaces d’attente sont situés contre les façades de quai, face aux affichages et le passage des usagers, contre la paroi de la station. Les faïences blanches historiques sont conservées et sont mises en valeur par un éclairage direct de la voûte. La lumière se réfléchi sur les bords biseautés des faïences afin de créer une ambiance lumineuse plus douce.
Plus longues, certaines parois de la façade de quai se prolongent au sol créant une petite marche sur laquelle le nouveau mobilier prend place. En opposition à tout ce blanc, ce dernier, constitué d’assises et d’assis debout, se démarque par sa structure en tube métallique noire et ses assises en bambou compressé.

La station de métro

D’ici 2024, les bornes qui actent notre entrée ou notre sortie dans le réseau seront démontées car elle demandent de trop importants frais d’entretien. Elles seront remplacées par un portique qui validera automatiquement notre titre de transport lors de notre passage. Élément architectural, il se détache de la faïence blanche en arborant un béton gris clair plus brut.

Au dessus du portique, naissent les fils d’Ariane.
Identifiant les lignes par leur couleur, ils courent au mur et indiquent la direction grâce à des flèches.

Les fils continuent, se superposent et s’adaptent à chaque situation. Les flèches sont positionnées ponctuellement à des endroits stratégiques, identifiés comme nécessitant des informations. Le reste du temps, les voyageurs suivent du regard les fils colorés.

Des tubes lumineux répartis sur la largeur du couloir permettent d’atténuer les ombres et de créer une lumière ambiance plus douce dans les couloirs des stations. Leur agencement représentent les circulations non linéaires des voyageurs mais également les flux et directions.

Afin de se rendre sur le bon quai, les lignes d’une même couleur se divisent.
L’arrivée sur le quai est marquée par un deuxième portique afin d’acter à nouveau la sortie ou l’entrée dans la station. Le fil bleu, qui indique les sorties, cours le long du quai et traverse les portiques afin de guider les usagers jusqu’à leur retour en surface.

Accompagner et épauler les usagers tout au long de leur voyage à différentes échelles


Effectuez un changement de la ligne 9 (fil vert) à la ligne 5 (fil orange) en direction de Place d’Italie.

En station, les usagers sont rassurés par le soutient visuel et coloré des fils d’Ariane, présents à tout moment et indiquant les informations nécessaires au moment voulu. À l’échelle du territoire comme à celle du quartier, la création d’un paysage souterrain permet aux usagers de se repérer à tout moment dans le réseau mais également d’appréhender la vie en surface par les souterrains.

Ce projet est un système qui s’adapte aux cas particuliers que sont chacune des stations du réseau parisien.

Contact étudiant

Contacter l’étudiant

Remplissez le formulaire ci-dessous pour prendre contact avec l'étudiant. Votre message sera envoyé directement sur son adresse e-mail.